Lorsqu’une personne est victime d’un arrêt cardiaque, pratiquer un massage cardiaque sur elle est nécessaire, voire absolu pour que le malade ait des chances de rester en vie. Ce geste est à réaliser, en attendant la mise en place d’un défibrillateur. Les organes de la victime comme le cerveau, les poumons et surtout le cœur seront réalimentés en oxygène. N’oubliez tout de même pas qu’il est toujours mieux d’avoir un défibrillateur, le plus rapidement possible, afin d’augmenter les chances pour que le cœur de la victime puisse repartir.

Qu’est-ce qu’un arrêt cardiaque ?

Il s’agit d’un arrêt brutal ou accidentel du fonctionnement du cœur d’une personne. Appelé également mort subite, un arrêt cardiaque entraîne près d’une centaine de décès par jour, soit aux alentours de 40 000 par an. Cela peut toucher n’importe qui, bien qu’il soit plus fréquent chez les personnes âgées de plus de 55 ans. Il est aussi souvent dû à une complication suite à un accident cardiaque tel que l’infarctus du myocarde, par exemple ou d’autres anomalies se rapportant au cœur.
Plus de 70 % de ces accidents se manifestent à domicile et le reste, dans des lieux ou voies publics. Dans la plupart du temps, un grand nombre de ces accidents ont lieu devant des témoins qui ne savent pas forcément pratiquer les bons gestes à adopter. De ce fait, le sang qui doit emmener l’oxygène ne circule plus, surtout au niveau du cerveau et du cœur. Les dommages du cerveau deviennent ainsi irréversibles, en seulement quelques minutes. Si vous êtes témoin et que vous agissez vite, en pratiquant un massage cardiaque associé d’une défibrillation, le cœur de la victime peut repartir afin d’éviter de graves séquelles, ou même la mort.

Comment savoir qu’une personne est touchée par un arrêt cardiaque ?

Si la personne s’effondre ou vient de s’affaler brutalement, elle est inerte et allongée sur le sol, l’individu est sûrement touché par un arrêt cardiaque. Assurez-vous, avant tout, qu’il n’existe aucun danger aux environs tels que des courants, par exemple. Si c’est pourtant le cas, il faut s’en protéger en les débranchant.
Vous constaterez immédiatement l’absence des signes de vie et la victime est complètement inconsciente. Elle ne répond pas quand vous lui parlez, ne dit aucun mot et ne réagit même pas quand vous lui demandez de serrer votre main. Vous pouvez aussitôt appeler les secours, tout en vérifiant la respiration de la victime. Si besoin, vérifiez l’absence de mouvements en posant votre main sur son ventre, au-dessus du nombril. Si la personne ne respire pas, c’est réellement un cas d’arrêt cardiaque. La personne a immédiatement d’une réanimation cardio-pulmonaire ou RCP, grâce à un massage cardiaque et une défibrillation.

Massage cardiaque : un geste indispensable pour la réanimation en cas d’arrêt du cœur

Quand une personne s’écroule brutalement par arrêt cardiaque, il est indispensable de pratiquer les gestes d’urgence adaptés pour lui sauver la vie. Tout en contactant les secours, attelez-vous à la réanimation de la victime par un massage cardiaque vigoureux et seulement cela. Exécuter une respiration artificielle, de façon concomitante, n’est actuellement plus nécessaire.
Jusqu’à l’arrivée des secours, vous devez poursuivre le massage, sans vous arrêter. Il s’agit d’une tâche relativement dure et fatigante, mais dites-vous que vous êtes en train de sauver une vie. La circulation sanguine reprend quand le cœur de la victime commence à battre de nouveau. Sachez que plus votre réanimation est longue, plus les chances de voir la victime en vie sont considérables; un délai qui va jusqu’à près de 30 minutes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *